La parole revêtait une grande importance dans toutes les civilisations dignes de ce nom. Dans certaines peuplades, cela demeure d’ailleurs un acte sacré.

J’aimerais vous voir ré-adopter des instants où l’usage du verbe serait à nouveau un acte sacré. S’asseoir et parler relève de la haute voltige dans vos civilisations dites modernes. En les regardant, nous observons un effondrement des valeurs universelles. Cet aparté ne veut en aucun cas vous dévaloriser ; nous souhaitons simplement vous restituer la grandeur qui est vôtre.

Vos aînés connaissaient l’importance du Verbe sur la vie quotidienne et future. Le cercle engendrant une forte symbiose, toute parole prononcée en son sein s’amplifie et s’enracine avec aisance. La maladie de vos sociétés actuelles réside bien dans l’ignorance de l’autre, dans la tendance du chacun pour soi, tant pis pour lui ou, encore, du moi en premier. L’égoïsme porté à son paroxysme origine de ces attitudes erronées.

Afin d’endiguer cette marée noire de vos âmes, la parade consiste à s’asseoir et à donner la parole à l’autre visage de la Vie. …

La plus grande médecine à votre disposition se trouve dans l’écoute de l’autre et la rectification de vos attitudes envers vous. La parole ne revient pas au plus fort mais à tout un chacun. Nous insistons sur la création de cercles de paroles dans chaque famille, chaque village, à chaque coin de rue et aussi entre les tribus diverses formant cette humanité résidente d’Urantia Gaïa.

Les grands initiés travaillent uniquement en usant de la parole afin de transmettre un enseignement adapté à tous.

L’échange de mots évite la création de maux. La modulation du son transitant dans les mots ouvre ou ferme des sacs d’énergie. La mémoire ancestrale s’évacue par l’usage de la parole et la modulation du son employé. Les initiés contemporains chantent les sons, utilisant de préférence les voyelles, porteuses de la régénération corporelle, de la stimulation vibratoire et de l’harmonisation entre tous les corps.

Le son est le Verbe créateur, il construit ou détruit. Voici aussi pourquoi la musique détient un grand pouvoir sur un être vivant.

Je reviens souvent sur la musique, car je pense à votre jeunesse encline à écouter une suite de sons dysharmonieux favorisant un voyage vers une déchéance programmée, toujours par une poignée d’hommes et de femmes peu respectueux de la liberté de chacun. Aujourd’hui, vos batailles sont plus subtiles que denses. Mais il y a des guerres créées dans l’unique but de détourner votre attention d’une mainmise de votre expression. Le danger réside bien là, dans ce détournement de vigilance sur votre propre vie. …

Écoutez vos paroles, vos déplacements, vos actes et vos gestes, car tout cela émet un son. Être suppose une coordination parfaite entre la pensée, l’acte, le son, l’odeur et la lumière. Les mots sont vos maux. Dans mes ouvrages, j’emploie cet adage à plusieurs reprises. Entendez la justesse et la sagesse déposée dans cette phrase.

Acceptez de vous poser et d’entendre, au-delà de ces termes usités, le langage contenu dans leurs formes subtiles. À chaque utilisation de cette maxime, je vous emmène effectuer une visite profonde de vos mal-être : les mots (le SON) sont créateurs de vos maux (mal-être).

À l’appel d’un mot, vous ouvrez des réservoirs légers ou lourds.

VOUS UTILISEZ L’ÉNERGIE DES MOTS.

Remarquez votre aisance à employer les mêmes termes. Dans la langue française par exemple, je décèle plusieurs types de langages. Il y a le langage populaire, administratif, politique, médical, la langue officielle, académique, littéraire, poétique et même religieuse, sans oublier les tournures codées des initiés ou, encore, le vocabulaire militaire.

Le son dégagé par l’un ou l’autre de ces niveaux linguistiques contribue allégrement aux mainmises de certains groupes et aux désordres physiologiques (de la population). Reportez ce même schéma sur les autres langues et vous comprendrez peut-être facilement l’origine d’une des source principales de vos mal-être. …

(Soulignons d’autres sources de cacophonies) : l’émission de basses fréquences auditives, décadentes et décentrant la personne (par la musique dite moderne et autres formes d’émissions d’ondes subliminales). …

Vous souffrez grandement d’un manque de silence. Vous êtes drogués d’une manière subtile mais ô combien efficace. Cependant,… vous bénéficiez d’un antidote tout aussi efficace : votre guide intérieur. Reliez-vous à lui et invitez-le à construire un mur de protection sur lequel toutes ces ondes nocives viendront buter. Vous retrouverez ainsi le silence laissant place aux idées supérieures de Vie et vous vous y immergerez immédiatement. Demandez à votre guide de restaurer un climat de vie idéal dans lequel vous pourrez vous ébattre avec délices et appeler une symphonie où votre corps communautaire se reposera. Demandez, demandez à tout prix, il y a urgence !

Dans votre quotidien, changez doucement vos habitudes les unes après les autres. Retrouvez confiance en votre pouvoir de décision. Oui, rien n’est aisé présentement. Malgré cela, entreprenez ce nettoyage, sollicitez l’aide des Anges guérisseurs, la protection des Maîtres réalisés, la diffusion des rayons de couleur. … La Paix est une fréquence de son et de lumière ; aussi, pour son entrée dans votre vie, faites le nécessaire et nous répondrons de tous les côtés.

En parallèle avec cette cacophonie vit l’harmonie qui, elle, possède un son. Dans un simple acte mental volontaire du genre « je me branche sur la fréquence de l’harmonie », maintenez cette volonté et demeurez sûrs de ce fait. Progressivement, la dysharmonie disparaîtra.

LE SON EST LUMIÈRE, … il agit dans la densité, sur la structure moléculaire. La lumière qui accompagne le son sera plus ou moins éclatante et poursuivra le travail en agissant sur les particules.

Par conséquent, ce que vous êtes à chaque instant, harmonie ou dysharmonie, se propage autour de vous. En l’instant, vous adombrez ainsi de votre personnalité les autres particules de Vie. Si vous êtes en harmonie, cette dispensation de vous-même incitera les rencontres à devenir harmonieuses. Si vous êtes en dysharmonie, cette déstructuration de votre personnalité cherchera à transmettre le même inconfort chez l’autre, la responsabilité de vous tous se trouvant engagée au présent instant comme au futur et au passé. La résonance de votre centrage (ou décentrage) met en résonance le son de l’autre, et une musique se crée, agréable (ou pas). Actuellement, vous êtes plusieurs milliards d’individus à employer sans conscience le son dans votre quotidien. Vous explorez le non-être car, n’en doutez point, votre modernisme ne cherche nullement à vous émanciper, visant plutôt à vous tenir en esclavage. Un esclavage moderne, insaisissable dans sa forme dense, mais réellement efficace si vous ne réagissez pas. …

Puisque vous êtes créateurs, devenez conscients de votre partenariat avec les pouvoirs subtils de la Vie. Le son, – (Comment émettre ce son ? En créant une pensée claire de ce désir puis en laissant votre cœur lancer un chant, une ode de Vie.) – la lumière, l’amour, une pensée précise favorisent l’usage des ces portes du pouvoir intérieur. Vous cherchez la présence des maîtres, c’est heureux, mais invitez plutôt le plus grand maître, qui loge au centre de votre cœur. Interrogez-le et écoutez ses paroles ou reconnaissez ses stimuli. …

Oui, vous avez le droit de désirer la paix et de refuser toute mainmise sur votre vie, mais allez plus loin : devenez la paix, la liberté, le respect, l’amour inconditionnel. Et lorsque vos choix seront arrêtés, manifestez-les sans jugement envers les autres. Devenez l’harmonie, investissez le Verbe en choisissant vos mots, donnez la main à vos frères et sœurs, émettez la lumière en la qualifiant non pas pour vous-même mais bien pour l’humanité humaine, animale, végétale et minérale. Faites place dans votre cœur à la fraternité galactique mais, là aussi, soyez fermes dans vos invitations, car les fractions de l’humanité cosmique ne sont pas toutes encore installées dans la fraternité du Cœur.

Oui, faites-nous une place, mais dans cette invite, choisissez bien vos visiteurs. … La Confédération galactique universelle attend vos réactions et cherche à définir votre taux d’élévation de la conscience et de la personnalité. Une fois cela établi, elle viendra officiellement.

J’aimerais entrouvrir votre conscience au pouvoir du Son. Nous, Créateur d’univers, d’informations ou d’autres secteurs d’activité, déposons la réalisation de cette réaction dans un son puis dans la lumière correspondante lorsque notre création future est définie dans ses moindres détails. Nous encodons tout germe de Vie à développer en partant du SON CRÉATEUR dénommé VERBE CRÉATEUR. Vous gaspillez l’énergie du Verbe créateur en ne plaçant pas la conscience dans cet acte. Vous cherchez des pouvoirs spectaculaires, mais ceux qui sont déjà à votre portée ne sont même pas respectés. Avant de vous lancer dans les voyages astraux et la télépathie, commencez donc par investir votre plus grand pouvoir : le Verbe, la parole, le son émis au quotidien. Cessez de blâmer votre entourage, regardez les actions intempestives vous éloignant progressivement de votre route.

J’aimerais également vous rappeler ceci : personne ne vous rendra vos pouvoirs. Vous allez à la reconquête de leurs utilisations conscientes, perdues ou déposées en des temps anciens. Nous sommes les gardiens de ces dépôts, mais que cela soit clair, vous seuls déciderez du moment où vous viendrez les chercher. Vous êtes propriétaires de dons volontairement mis en « chômage ». … Au cours de vos moments éveillés, vous employez souvent, pour ne pas dire constamment, la parole. Avez-vous songé dans ces instants que vous avez recours au Verbe créateur ? Non ? En promenant mon regard sur cette humanité, je constate la prise de conscience de cet usage par le gouvernement occulte de votre planète. Alors, d’un commun accord avec tous les Maîtres réalisés, nous décidons de pointer du doigt (cosmique même !) le décalage entre son acuité et votre endormissement. RÉVEILLEZ-VOUS !

Les temps à venir invitent tout un chacun à reprendre possession de la mémoire de cet acte. Aussi, dites : « J’emploie avec conscience les mots (donc la parole) et, en cela, je recrée avec le son émis l’harmonie en moi, pour moi et pour tous mes frères et sœurs terrestres et universels. » Voilà la tonalité de vos jours présents et futurs.

Ainsi, la Lumière du Verbe s’installera non seulement autour de vous mais également sur et en vous.

(Tiré de Fleurs d’Esprit, pp. 117-127, Éditions Ariane, 2003. Texte reçu par Régine (Ina) Fauze, porte-parole de la Mère des Mères.)