L’Univers entier vit dans la douceur du cœur du Père/Mère créateur originel.

La douceur, état d’être, parle de l’amour de soi, de l’autre, de la différence, du mouvement. La Vie sait qui elle est. Elle ne cherche aucune démonstration de son état d’être.

L’expérience dans la Vie vise avant tout à étendre la connaissance et à y mettre une forme. La Vie EST et sera toujours.

L’expérience est mouvement. Celui-ci ouvre et forme des mécanismes de pensée. Afin de passer de l’état de connaissance innée à celui de connaissance expérientielle, le Père/Mère originel a mis à votre disposition deux moteurs de mouvement : l’amour et la douceur.

L’amour sera toujours le ferment et le garant du mouvement ascensionnel ; la douceur, quant à elle, lui servira de cocon. Les sentiments contraires à ces deux moteurs ouvrent le chemin de la chute de l’intention. Le jour où un être s’installe dans la peur, les portes ascensionnelles se ferment et celles du non-être l’attirent forcément dans les basses fréquences. …

Vous pouvez expérimenter l’éthérisation ou la densification de l’Esprit. Toutefois, ces deux états n’ont rien à voir avec l’installation au sein des basses fréquences induites par la peur, le doute, la colère, l’incompréhension, la convoitise, le vol, etc. …

Rien de plus criminel que d’éloigner volontairement un être de sa source divine.

Je poursuis en précisant ceci : Lorsqu’un groupe d’individus cherche à imposer sa volonté à un autre, il entre dans l’état de criminologie subtile. Quand il cache les visites de frères et sœurs des étoiles, l’amplitude des activité nucléaire, l’emploi d’armes chimiques, cela relève purement d’un acte de cruauté envers l’humanité urantienne et universelle.

Aujourd’hui, vous cherchez à reprendre vos droits. Nous en sommes heureux.

Dans ce fragile équilibre tout neuf, nous nous devons de vous informer d’une réalité douloureuse afin de susciter une impulsion qui vous incitera à réutiliser le moteur de l’amour et le cocon de la douceur. En les pénétrant et en vous y installant de nouveau, vous vous autorisez à glisser sur le moteur ascensionnel.

La douceur n’est en aucun cas un état de mièvrerie, d’endormissement de la conscience. Elle reste une voie d’éveil et de guérison du corps communautaire comme de la structure corps/âme/esprit.

Retrouver la douceur permet une expansion de vos corps et la remise en mouvement de la pensée. L’état actuel de votre vie physique n’est que crispation permanente, celle de la conscience, celle de votre fluidité et celle de votre chimie intérieure. D’où l’excès de maladies.

Jamais cette humanité ne fut placée devant une telle profusion et une telle croissance rapide de maladies, et cela n’est pas fini ! Tant que n’émergera pas la volonté de voir cesser l’émission de basses fréquences et le despotisme général, vous ne retrouverez pas l’état normal d’évolution dans un monde densifié. …

Cette planète fait face à un grave état maladif. … (Avec l’arrivée des Médecins du Ciel), nous induisons (une) impulsion (d’un rayon de couleur rose) afin de rétablir la douceur dans votre existence dont celle de vous autoriser à ne pas être parfaits dans l’état actuel de votre vie. Le pas suivant cherche à vous rappeler votre droit de vous accorder des pauses dans votre rythme galopant. Puis nous vous réitérons cette sagesse : Vous n’avez rien à prouver à un frère ou à une sœur en phase d’apprentissage de l’état d’être, ni rien à produire à tout prix !

La douceur environnante vous invite à vous installer dans l’identité divine. Osez donc vous y installer et le proclamer. Ainsi, cet état reviendra en force dans l’émission de votre lumière intérieure. …

Accepter la douceur dans votre vie incarnée vous restituera l’accès à la plénitude de l’évolution planétaire.

Je propose cette suite de mots à votre réflexion : La plénitude est égale à une dilatation, la dilatation est égale à l’expansion, l’expansion à l’ancrage dans la Lumière de Vie, la Lumière de Vie au moteur de l’Amour divin, et l’amour divin à la douceur. En l’occurrence, en incarnant la douceur de la Vie, vous recouvrez l’identité divine déposée dans vos particules cellulaires !

Résumons. Je vous parle de douceur et vous amène à l’identité contenue dans vos cellules. Cela rappelle la conscience de qui vous êtes. Or, en ce moment, vous vivez la crispation de l’être. Cette compression représente l’éloignement de l’être. Rien de plus simple !

(Tiré de : Réalisation solaire, pp.75-79. Texte reçu par Régine (Ina) Fauze, Ariane Éditions, 2005.)