Par le passé vous avez vécu certaines situations qui furent ce qu’elles ont été. Mais si vous les avez vécues, c’est qu’elles étaient en quelque sorte nécessaires à votre compréhension. Ayez tout simplement le courage et l’honnêteté de regarder les situations vécues dans le passé. Et assez d’amour envers vous-mêmes pour avoir osé emprunter de tels chemins, de tels passages. Puis, une fois cela fait, franchissez encore un pas, celui de remettre tout ce passé dans l’Amour incommensurable de la Vie qui ne juge pas, car s’il y a un juge, il n’y en a qu’un, et c’est Vous.

Il en a toujours été ainsi. Lorsque vous revenez de l’autre côté du voile, vous ne vous rendez pas devant un tribunal mais allez tout simplement voir défiler le film de votre vie. Vous analysez ces séquences qui vous ont fait souffrir, les mots – ou les maux – qui ont engendré des réactions dans le futur. Vous êtes tels des scientifiques analysant une banque de données. Dès lors, vous pouvez avoir un regard scientifique et recueillir toute la quintessence de votre passé, ou bien agir encore et toujours comme un juge, un bourreau et vous appliquer des sentences.

N’êtes-vous pas fatigués de tous ces jeux égotiques qui vous entraînent de vie en vie à oublier un peu plus qui vous êtes ?

Pourquoi ne pas démontrer assez d’amour à votre égard pour vous laisser enfin regarder ce film défiler et accueillir l’enseignement qu’il vous réserve ?

Je vous entretiens de ces choses, mais savez-vous que dans votre vie, votre quotidien, il y aura d’autres films, dont le film familial et celui des religions ? Une pierre d’achoppement se présente à votre humanité. Vous allez découvrir que les religions n’ont pas du tout tenu le rôle annoncé. Vous constaterez, si ce n’est déjà fait, que toutes ont conseillé, il est vrai, mais avant toute chose, qu’elles vous ont tendu une carotte pour vous inciter à avancer. Et vous avez marché longtemps !

Vous avez interminablement plié l’échine, mais voyez-vous, vous pouvez continuer à marcher ainsi un long moment encore, car cette carotte, vous ne l’attraperez jamais ! …

Nous vous demandons d’avoir assez d’amour envers vous-mêmes pour vous regarder, pour estimer comment vous avez évolué au sein de ces religions, comment vous avez osé déposer votre identité, vos pouvoirs entre leurs mains, comment vous avez mandaté ces religieux pour faire ce qu’ils ont fait. Car tous ces crimes qu’ils ont commis – et il s’agit bien de crimes au sens pur, au sens physique comme subtil – comment ont-ils pu les commettre si ce n’est avec l’énergie que vous leur avez donnée. Non, je ne vous annonce pas cela pour que vous vous exclamiez « Mon Dieu, j’ai fait ça ! », mais pour que vous soyez assez honnêtes envers vous et la Vie. Afin d’accueillir simplement cette reconnaissance, de cesser d’alimenter ces réservoirs et que les énergies mal qualifiées que vous y envoyez puissent enfin servir au bien de tous. Pour que ces religions entrent en introspection et comprennent que le temps est venu pour elles de changer d’attitude puisque toutes ces énergies de soutien ne sont plus là, que celles qui viennent désormais les visiter leur demandent au contraire d’être honnêtes, de délivrer la vérité, car il s’agit bien de vérité.

Vous vous êtes menti tant d’années durant sur toutes les manières possibles d’être au sein de l’humanité, de l’Univers, de vous-mêmes, de votre famille biologique et même de vos Pères/Mères universels ! Il faut comprendre que ce mensonge s’inscrit comme une chimie à l’intérieur de vos cellules et que les énergies que nous allons peu à peu diffuser vers cette planète iront le chercher en vous. En d’autres mots, lorsqu’elles parviendront jusqu’à vous puis feront ce petit nettoyage, eh bien, vous retrouverez des images, des impressions, des odeurs, des couleurs. Cela ne sera pas forcément agréable, et si, encore une fois, vous vous attardez à cet aspect en entrant dans l’auto culpabilisation et l’auto flagellation, le travail d’épuration, d’amour que nous vous proposons ne sera pas entrepris et vous entretiendrez plutôt ce système, descendant alors un peu plus dans cet engrenage qui vous éloigne de votre vérité, de qui vous êtes. Si vous voulez découvrir l’identité de votre je suis, la raison pour laquelle il est venu au monde, sachez qu’un passage incontournable existe : la lecture de ces informations encore disséminées à l’intérieur de vos cellules.

La fin de la souffrance

Heureusement, il y a une bonne nouvelle. Jusqu’ici, ces lectures n’étaient possibles qu’au travers de la souffrance, un autre jeu de cette humanité, mais quelques-uns d’entre vous ont appelé l’Esprit de Vie et lui ont dit : « Nous avons beaucoup souffert individuellement, au même titre que l’humanité et la Terre ; toutefois, nous pensons pouvoir commencer à évoluer sans passer par la souffrance et demandons que ce moteur d’expérience soit éloigné de nous. » À votre avis, que s’est-il passé ? Les Anges, prenant cette requête, l’ont porté jusqu’au cœur du Sans-Nom, qui s’est réjoui : « Enfin, mes enfants bien-aimés comprennent que je n’ai jamais voulu qu’ils souffrent, que je détiens dans mon cœur et mes mains la réalisation dans l’harmonie, l’amour, la plénitude et l’abondance. Ô combien cette demande me fait plaisir ! »

Et les Anges sont revenus à leur poste avec la réponse suivante : « La souffrance va partir ; elle ne sera plus un moteur de l’expérience. Autrement dit, pour ressentir en vous la connaissance qui vous manque, d’autres chemins vous seront présentés. Cependant, vous avez encore un acte à effectuer. Puisque la souffrance a été votre moteur, vous devez comprendre qu’elle a été finalement une énergie positive puisqu’elle vous a rendu service, vous offrant les situations qui correspondaient à cette vue que vous cherchiez à acquérir. Vous allez donc remercier et aimer cette souffrance que vous avez traversée. Quand vous oserez accomplir cela avec votre cœur, la coupe de la souffrance vous sera retirée. Avez-vous bien saisi ? La coupe de la souffrance vous sera retirée ! »

Si quelques-uns d’entre vous osent, ils créeront ces nouveaux itinéraires par lesquels l’humanité pourra s’engager si elle le souhaite. Bien sûr qu’individuellement, vous ne pourrez obliger l’un ou l’autre de vos frères et sœurs à quitter ce chemin pour emprunter le nouveau, mais sachez que vous pousserez une nouvelle porte que la mémoire collective de l’humanité pourra enregistrer pour se servir de cette nouvelle création. Vous comprenez la différence ? Par le cœur, vous permettez de guérir l’humanité ; par amour, vous allez reconnaître le bien-fondé de ce moteur qu’est la souffrance. Comme il sera reconnu, aimé pour ce qu’il a pu vous offrir, cette coupe s’éloignera et tout le cheminement suivi au travers de ce moteur s’intégrera à l’intérieur de vos cellules puis deviendra un acquis sans condition. Ainsi, vous vous rendrez compte que demain peut-être, un seul osera le faire, que dans deux jours il y en aura trois, et qu’au bout d’une semaine ils seront dix ! Et ceux-là ensemenceront ; de dix, on passera alors à cent, de cent à mille, puis à deux mille, à un million, et l’humanité entière glissera doucement de l’état de victime à l’état de créateur, de la souffrance à la plénitude.

(Tiré de : Réalisation solaire, pp.190-194. Texte reçu par Régine (Ina) Fauze, Ariane Éditions, 2005.)